Lettre ouverte à Frédéric Mitterrand PDF Imprimer Envoyer
Par Xavier Houssin, Renaud Meyer, Laurence Tardieu    Facebook MySpace Twitter Google Yahoo! Buzz Yahoo! Bookmarks Delicious Digg BlogMarks Wikio Yoolink Gmiix Netvibes LinkedIn Scoopeo Jamespot TapeMoi Mr. Wong Technorati Windows Live Bluegger Viadeo
Mercredi, 28 Octobre 2009
Page 1 Page 2
Toutes les pages

DE LIVRES ET D'EAU FRAÎCHE ?

Être écrivain et pouvoir continuer à l'être. Depuis combien de temps, Monsieur le Ministre, parle-t-on de notre statut ? Un problème rebattu, penseront certains. Hélas, surtout peu débattu...

La mise en place de la mission « Création et Internet », que vous avez confiée à Patrick Zelnik, Jacques Toubon et Guillaume Cerutti, et qui doit rendre ses conclusions le 15 novembre prochain, nous apparaît l'occasion de rouvrir le débat avec vous. Nous avons besoin de vous, Monsieur le Ministre. Pour vivre.

La plupart des acteurs du monde artistique sont représentés par des instances corporatives et bénéficient d'un statut social protecteur. C'est le cas des professionnels de la télévision, du cinéma, du théâtre et de la danse.

Pour exemples, le créateur d'une oeuvre audiovisuelle perçoit une rémunération en sa qualité d'auteur et un salaire pour son travail technique durant le tournage et sa préparation. Lorsqu'il ne travaille pas, il est pris en charge par l'assurance-chômage. Un acteur de cinéma touche un salaire, peut percevoir des indemnités de chômage et reçoit une rémunération supplémentaire si le film dans lequel il a joué est diffusé à la télévision.

Les écrivains mettent un, deux ans, ou plus, pour écrire un livre. Les moins mal lotis perçoivent une avance sur leurs droits d'auteur qui, la plupart du temps, se situe aux alentours de 1500 euros et touchent de 5 à 15 % des ventes une fois cet à-valoir remboursé à l'éditeur. L'absence de statut social protecteur et la précarité financière qui en découle génèrent la multiplication des petits boulots de l'écrit, allant de la pige à la rédaction publicitaire, qui diluent l'oeuvre dans la grande marmite des occupations économiquement nécessaires.

Considérez-vous, Monsieur le Ministre, qu'écrivain est un métier et qu'il faut que les gens qui l'exercent puissent en vivre ? Et pensez-vous, en la matière, que cela devrait participer de cette fameuse « exception culturelle française » à laquelle nous sommes si attachés ? Certes, l'écrivain n'est pas l'unique acteur du livre, mais il en est l'intention première. Et il serait juste qu'il ne demeure pas le seul à ne pouvoir en vivre, tandis que d'autres acteurs de la chaîne du livre (diffuseurs, éditeurs, libraires) y ont leur statut social et y trouvent, pour certains, une réelle pérennité financière.

Le rapport rédigé par Sophie Barluet en 2007 et la mission Gaymard sur la situation du livre de mars 2009 ont insisté, chacun, sur la nécessité de maintenir le prix unique du livre et aussi de soutenir les différents acteurs de sa chaîne afin de préserver, toujours, cette « exception française ». Qu'en est-il dans la réalité ?



 

Identification



   
Mot de passe oublié
Identifiant oublié
Créer un compte

En ce moment...