Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy à propos de l'emprunt national PDF Imprimer Envoyer
Par Collectif    Facebook MySpace Twitter Google Yahoo! Buzz Yahoo! Bookmarks Delicious Digg BlogMarks Wikio Yoolink Gmiix Netvibes LinkedIn Scoopeo Jamespot TapeMoi Mr. Wong Technorati Windows Live Bluegger Viadeo
Vendredi, 04 Décembre 2009
Page 1 Page 2
Toutes les pages

Monsieur le Président de la République,

En juillet dernier, vous avez demandé à Messieurs Alain Juppé et Michel Rocard de présider une Commission dont l'objet était de formuler des propositions de priorités stratégiques d'investissement concernant le futur emprunt national. Un rapport « Investir pour l'avenir » vous a été remis en ce sens et c'est sur cette base que le gouvernement prévoit prochainement d'arrêter ses choix.

A travers cette lettre ouverte, le Réseau Action Climat France, les Amis de la Terre, le Comité de Liaison Energies Renouvelables, Greenpeace France, WWF France souhaitent apporter quelques commentaires sur certaines propositions qui concernent les enjeux majeurs du climat et de l'énergie.

Un rapport très éloigné des préoccupations climatiques et énergétiques

M. le Président, vous avez fait, à juste titre, de la lutte contre le changement climatique et la maîtrise de l'énergie, une priorité de votre gouvernement. Nos organisations souhaiteraient par conséquent vous alerter sur le contenu même du rapport « Investir pour l'avenir » qui paraît inapproprié. En effet, d'après nos propres critères de soutenabilité, à peine 25 % seulement des investissements mobilisés sur les axes et actions proposés, apporteraient un minimum de garanties environnementales. Nous sommes donc très loin des promesses tenues, notamment celles du Grenelle de l'environnement et qui sont désormais inscrites dans la loi : « Les politiques publiques doivent promouvoir un développement durable. A cet effet, elles concilient la protection et la mise en valeur de l'environnement, le développement économique et le progrès social » (article 1, loi Grenelle 1). Nous regrettons à ce titre que notre demande d'éco-conditionnalité des fonds n'ait été retenue.

L'inacceptable place accordée au nucléaire et à l'aéronautique

L'objectif affiché dans le rapport est de tendre vers un modèle de développement qui contrebalance le schéma actuel qui, irrémédiablement, « va buter sur les tensions en ressources fossiles et qui est menacé par les conséquences du Changement Climatique ».

Il est par conséquent extrêmement choquant de vouloir développer un secteur aéronautique qui, même s'il connaît une hypothétique rupture technologique, restera, au kilomètre parcouru par personne, le mode de transport le plus émetteur de gaz à effet de serre.

Il en est de même pour le nucléaire. Sur ce point, nous rejoignons complètement le Ministre d'Etat, Jean Louis Borloo, le 30 novembre dernier sur l'antenne de Canal +, qui déclarait : « le nucléaire n'est pas une énergie écolo ». En aucun cas le recours à l'énergie nucléaire ne peut constituer une réponse, même partielle, au problème du changement climatique. Nos organisations ne peuvent admettre que la société du futur accorde une place au nucléaire et persistent et signent pour l'abandon du nucléaire en France au bénéfice d'une autre politique énergétique.



 

Identification



   
Mot de passe oublié
Identifiant oublié
Créer un compte

En ce moment...