Lettre ouverte à Monsieur Luc Vigneron PDF Imprimer Envoyer
Par CFDT, CFTC, CGT, FO    Facebook MySpace Twitter Google Yahoo! Buzz Yahoo! Bookmarks Delicious Digg BlogMarks Wikio Yoolink Gmiix Netvibes LinkedIn Scoopeo Jamespot TapeMoi Mr. Wong Technorati Windows Live Bluegger Viadeo
Lundi, 12 Avril 2010
Page 1 Page 2
Toutes les pages

Monsieur le Président,

Les 18 février, 11 mars, 18 mars et 1er avril sont les dates des journées nationales d'actions, de mobilisation des salarié(e)s de Thales d'ampleur encore jamais atteinte. Des milliers de salarié(e)s se sont rassemblés dans les divers sites de Thales, certains ont été bloqués. 13000 signatures de protestation ont appuyé les mouvements dès le 11 février. Ces temps forts auront marqué profondément le quotidien de notre Groupe.

Face à une Direction qui, si elle les entend, ne les écoute pas, lors de ces quatre journées, mais également à travers les nombreux débrayages, rassemblements et occupations dans les établissements et sociétés du Groupe, les salarié(e)s de Thales vous ont exprimé leur désarroi, leur désapprobation et leur mécontentement concernant la politique salariale menée pour l'année 2010.

La Direction des Ressources Humaines de Thales, mandatée par vos soins, est revenue à la table des négociations avec quelques « mesurettes » et signalant par la-même aux organisations syndicales qu'à ses yeux le temps des NAO était définitivement clos.

Monsieur le Président, pensez-vous réellement que ces mesures, perçues par les salarié(e)s comme à la limite du tolérable et du respect, d'autant que leur étalement sur six semaines aura encore exaspéré leur mécontentement, suffiront à apaiser le climat social de Thales?

Cet élan national des salarié(e)s du Groupe Thales vous montre et démontre à leur Directions respectives le « ras le bol » de salarié(e)s qui sont déboussolés, malmenés, qui souffrent de la non reconnaissance du travail fourni.

Alors quelle confiance peuvent-ils accorder à une Direction pour qui, à leurs yeux, le facteur humain est le cadet de ses soucis?

Sans réduire l'importance des causes premières de ce mouvement, le mal est bien plus profond car, au delà des salaires, c'est bien la gouvernance qui est mise en cause. Les salarié(e)s, qui malgré vent et tempête conservent leur conscience professionnelle, sont ballottés, malmenés, perdent leurs repères, ne se reconnaissent plus dans leur Entreprise, et ceci quel que soit leur niveau dans l'échelle hiérarchique:



 

Identification



   
Mot de passe oublié
Identifiant oublié
Créer un compte

En ce moment...